Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 12 décembre 2017

Haut de Page

Haut

Bordeaux, métropole innovante à habiter

Mis à jour le 11 avril 2017

Bordeaux, métropole innovante à habiter

Vivre à Bordeaux, ce n’est pas seulement avoir le plaisir d’habiter dans une belle ville de pierres c’est aussi habiter sur une métropole où expérimentation et innovation font partie du quotidien ; un quotidien où se projette demain.
Depuis 40 ans la métropole est riche de ses nouvelles expériences urbaines et l’actualité le confirme.

Nouveaux modes d’habiter

Cette recherche urbaine d’habiter différemment n’est pas si nouvelle à Bordeaux.

Le quartier Mériadeck dont l’usage n’a pas été à la hauteur des ambitions de ses décideurs et concepteurs en est une des premières représentations contemporaines.

Plus récemment sur la dernière décennie, Ginko a été présenté comme un des premiers écoquartiers de France ;
puis l’eco-système Darwin a poussé la notion de développement soutenable au-delà des seuls aspects urbains : il ne s’agissait pas seulement de réaliser une rénovation et une utilisation “écologiquement” responsables d’anciens bâtiments mais surtout de déployer un nouveau système économique basé aussi sur la collectivité, le partage et la créativité.

Parallèlement, était lancé au sud-est de la métropole, le projet Euratlantique, actuellement plus grande OIN – opération d’intérêt national – de France qui vise le réaménagement de 738 ha avec comme moteur l’arrivée de la LGV.
Cet immense projet urbain est aussi l’occasion d’expérimenter une “ville nouvelle” ou plutôt une nouvelle manière de vivre la ville : gratte-ciels en bois, nouvelle mobilité, etc….

Mais en ce début d’année, c’est le démarrage du nouveau quartier Brazza, 53 ha sur la rive droite, qui attire l’attention tant il semble concentrer les nouveaux concepts :
de l’habitat à l’économie en passant par le tourisme et les loisirs tout y passe, ou presque.

Brazza, nouvelle liberté d’occuper l’espace

La liberté au sein du bâti

Sur les 5.000 logements que doit compter ce nouveau quartier, plus de 2.000 seront sur pilotis pour palier au caractère inondable de la zone,
350 reprendront le concept traditionnel et spécifiquement bordelais que sont les échoppes.

Mais surtout, 500 lots seront des logements dits “capables” et c’est là que se niche la nouveauté : la modularité des surfaces livrées en plateaux permettra aux habitants de choisir la taille, la disposition et la fonction des pièces de leur logement “la liberté au sein du bâti”.

En termes d’activité économique, le quartier Brazza axe prioritairement son développement sur l’artisanat même si des surfaces de bureaux sont prévues.
De la même manière que les logements capables, 10.000 m² de volumes capables sont réservés pour une utilisation en atelier qui pourront évoluer en fonction des besoins. Des logements-ateliers seront également proposés à de jeunes professionnels en accession à la propriété.

Le sujet des “volumes capables” représente donc le concept phare de Brazza, d’ailleurs utilisé comme terrain d’expérimentation pour le laboratoire de recherche et développement du groupe Caisse des dépôts. Le LabCDC travaille sur une plasticité totale de ces surfaces qui pourraient se convertir indifféremment en logement, atelier ou bureaux grâce à la définition d’un seuil minimum appelé “plancher capable“.

Loisirs et tourisme réinventés

Les nouveaux concepts sont aussi la marque de fabrique pour le Brazza “côté loisirs”.

L’UCPA va faire construire un gymnase géant : la “cathédrale des sports“.
Le bâtiment de 4 étages couvrira une surface de 14.000 m² et sera entièrement transparent ; une multitude de sports pourra être pratiquée jusqu’au golf sur le toit…

Le nouveau concept parisien d’espace culturel, la Bellevilloise, a trouvé tout naturellement sa place sur Brazza, et une grande place : 2.500 m² mixant expos, débats, concerts, cocktails, etc….
A proximité, “Culture Puces“, sorte de marché aux puces permanent – à l’image de celui de Saint-Ouen – fera la joie des chineurs adeptes du “vintage”.

Et pour boucler le tour de ces nouveautés urbaines estampillées Brazza, les touristes – mais aussi les habitants qui pourront profiter des services annexes offerts – en auront également pour leur compte.
Le groupe Accor va y ouvrir son nouveau concept d’auberge de jeunesse “Jo&Joe” à destination de la nouvelle génération, les millénials, biberonnés au numérique, aux réseaux sociaux et au “lifestyle” cool.
Désormais appelée “open house” et non plus auberge de jeunesse, cet établissement à la déco “tendance” offrira pas moins de 700 lits répartis entre chambres de 2 à 5 personnes et “espaces de sommeil” pouvant compter jusqu’à 12 personnes.
Il proposera également un “playground” – espace pour accueillir concerts, ateliers, événements, animations – un “open bar” et un restaurant.

Autre alternative lifestyle, les créateurs des hôtels Mama Shelter ouvriront un MOB Hotel, concept basé sur le partage, la “zen attitude” et l’esprit Vegan.
Les chambres seront aménagées dans un style épuré et sans télévision 😉 puis surtout on pourra y trouver une librairie, un potager, des Food Trucks, des résidences d’artistes, des bureaux pour start-ups, et plus encore si l’envie se présente.

Le sable, base sportive au cœur de la métropole

Dernier-né des nouveaux concepts qui fleurissent sur la métropole, le Sandspot village aménagé dans un immense hangar en friche non loin de la Garonne toujours rive droite, sera le premier complexe urbain de sports de sable.

Présenté comme “unique au monde dans sa conception et sa mixité”, ses quatre promoteurs veulent faire de ce complexe de 8.000 m² répartis en quatre bâtiments, un lieu de vie qui au delà de la pratique de tout sport de sable sera aussi un lieu d’activités allant plus loin que les classiques restauration et culture.
En effet Café-Working, espaces de formation, incubateur d’entreprises liées au sport, lieu de ressources et de recherche en partenariat avec l’Université auront aussi leur place dans ce royaume de sable.

Les refuges périurbains, découvrir autrement la métropole

Construits à partir de 2010, la métropole bordelaise abrite aujourd’hui huit refuges péri-urbains installées le long d’itinéraires de randonnée.

L’objectif de ces refuges est double :

  • d’une part, inviter les habitants de la métropole à (re)découvrir leur territoire différemment, en particulier les espaces naturels ;
  • d’autre part, par leur conception architecturale originale et différente pour chacun d’entre eux, donner l’occasion de faire une “pause” poétique, insolite et calme.

Ces refuges viennent d’être récompensés du prix national de l’Innovation périurbaine.

200a7eee1a42aaaba44346ccf22c3262)))))))))))))))))))))