Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 1 décembre 2020

Haut de Page

Haut

Benoit Milliat, Bordeaux : le bon équilibre !

Mis à jour le 26 novembre 2020

Benoit Milliat, Bordeaux : le bon équilibre !

 

A la recherche d’un poste de responsable commercial et marketing après 15 ans passés chez Redbull, Benoit est accompagné par Invest in Bordeaux. 

Par ailleurs, Benoit a créé la plateforme Smillis.com

Il nous livre son expérience récente du terrain local.  

Première vision de Bordeaux, premières impressions ? 

Je l’ai découverte en 2009 et trouvée magnifique, lumineuse, ouverte sur l’extérieur avec ses quartiers aux ambiances variées (Chartrons, Tourny, Fernand Lafarge, Capucin). J’arrivais de Paris et Toulouse, Bordeaux est un bon compromis.  

Première vision de la Métropole ? 

Dynamique et bien équipée avec de nombreux projets en construction (Cité du vin, quartier de la gare en reconstruction), le centre universitaire de Talence pas loin de Bordeaux centre. 

Premières découvertes dans le Département ? 

Le Cap Ferret, l’océan, Le Médoc, a culture viticole omniprésente. Originaire du Nord de La France, ma culture était celle de la bière. 

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est révélé vrai ? 

La facilité d’accès à l’océan le week-end, gage d’évasion accessible.  

Le cliché que vous aviez en tête et qui s’est révélé faux ? 

Les bordelais sont fermés : c’est faux car la population bordelaise est devenue très hétéroclite avec des personnes qui viennent de toute la France. 

Vous êtes-vous senti accueilli ? 

Pas spécialement mais bien conseillé en tant que pro-actif. J’avais déjà des contacts pro et un groupe d’amis arrivés il y a quelques années, ce qui a accéléré notre intégration. Et puis ma femme est originaire de Biarritz. 

Un lieu très « néo bordelais friendly » ? 

Le marché des Capucins.  

Un bon plan à partager ? 

Le restaurant Le Prince Noir, Vivien Durand est un chef généreux, talentueux et sympa qui déborde d’idées. J’ai eu la chance de monter un projet avec lui. 

Sortir de Bordeaux pour aller où dans la Métropole ? 

J’ai 2 filles en bas âge, le parc du Bourgailh avec ses promenades à vélo ou à pied et son circuit de pump track. Les bois, les parcs, les aires de jeux aménagées.  

Sortir de la Métropole pour explorer quoi en Gironde ? 

Carcans, le Cap Ferret, l’océan. 

Ce que vous êtes fier de montrer ? 

L’attractivité de la ville, les changements opérés depuis 20 ans et la qualité de la vie. 

Bordeaux, ville de privilégiés ? 

Oui pour son cadre exceptionnel.  

Il est difficile de s’y loger en centre-ville mais le Tram ou le vélo rend le centre accessible. 

Métropole de privilégiés ? 

Oui pour sa proximité avec Paris (à 2h en train), son cadre de vie, son attractivité. 

La crise sanitaire et le confinement nous rappellent à quel point il est important de se battre pour avoir un cadre de vie agréable. 

Les lieux incontournables en Gironde ? 

Le Bassin d’Arcachon hors saison, l’estuaire, l’océan. 

La Gironde, un département entrepreneur friendly ? 

Oui beaucoup d’incubateurs, d’espace de co-working et de structures d’accompagnement. 

Lorsque je travaillais chez Red Bull, j’ai œuvré pour installer les bureaux régionaux chez Hemera. 

Quand j’ai lancé mon entreprise, j’ai été très bien accompagné par l’incubateur Unitec à Bègles au sein de la Cité Numérique. 

Au-delà des clichés, fait-il bon travailler dans notre Sud-ouest ? 

Il y a moins d’opportunités qu’à Paris mais des organismes comme Invest in Bordeaux accompagnent les entreprises et soutiennent les cadres en recherche d’opportunités. 

Bordeaux ville internationale ? 

Oui de par son histoire, sa tradition viticole et une vision sur l’avenir et les nouveaux métiers. 

De grosses structures s’installent : Betclic, Ubisoft… et de nombreuses entreprises du digital, de la santé ont pu s’y développer :

C -Discount, TreeFrog Therapeutics qui a levé des fonds pour créer des cellules souches capables de fabriquer n’importe quel type d’organe à la demande, extraordinaire ! 

Votre avis sur notre campus ? 

En charge de la partie étudiante chez Red Bull, j’ai pu voir que les campus y étaient très actifs. 

L’université de Bordeaux propose de nombreux cursus, Kedge est une école de commerce parmi les meilleures de France. 

Le tissu économique local en trois mots clés ? 

Viticole, touristique et aéronautique. 

Votre vie d’ici ressemble-t-elle à ce que vous aviez imaginé ? Si oui en quoi, si non en quoi est-elle différente ? 

Oui, complètement, c’est une ville à taille humaine pour faire grandir une famille dans les meilleures conditions. Un bon équilibre qui permet d’être heureux et ambitieux. Après une aventure entrepreneuriale, je cherche un nouveau challenge professionnel pour continuer à m’épanouir d’un point de vue professionnel. 

Un avis sur les déplacements au sein de la Métropole ? 

En arrivant j’ai été choqué par les bouchons sur la rocade et dans la ville. Aujourd’hui, je me déplace moins et plus souvent en 2 roues. 

Le plus gros défaut de la métropole bordelaise ? 

La circulation, clairement, il est difficile de se déplacer en voiture comme dans toutes les grandes villes. L’arrivée des vélos électriques et autres entreprises du secteur est une bonne chose. 

Ce qui ne doit pas changer ? 

La sécurité, on ne doit pas se diriger vers l’insécurité. 

Et puis la propreté de la ville et l’ouverture vers l’océan. 

Votre lieu (place, rue, monument, village, ville…) préféré ? 

Le truc vert : paradis caché. 

Un juron, une expression bordelaise qui vous parle ? 

C’est gavé bien.  

Une chose à dire, à demander aux maires de l’agglo pour aider les nouveaux arrivants ? 

Il faut aider les entreprises à installer leur siège en région pour attirer des talents et être moteur dans l’économie. 

Et faciliter les déplacements. 

Ce qui vous a manqué en arrivant? 

Du réseau 

Votre « événement » local préféré ? 

Le Marathon du Médoc : un bon mix entre performance et auto dérision. 

Votre asso, club d’influence, réseau préféré ? 

Le groupe Kitesurf Bordeaux sur Facebook : partage les covoiturages, la réglementation et les rendez-vous pour naviguer ensemble.  

Les lieux de votre intégration ? 

Unitec à la Cité numérique : on y rencontre de nombreuses start-up avec des problématiques similaires et une énorme envie de créer et d’apporter de l’innovation dans nos quotidiens.  

Les lieux qui « font » Bordeaux et la Métropole ? 

Hemera, la Cité Numérique qui sont l’avenir de Bordeaux.  

Bordeaux et sa Métropole doivent-elle grandir ?  

Oui bien entendu pour décloisonner Paris. J’ai eu l’occasion de voyager régulièrement en Allemagne où le pays est organisé en lander et je trouve que la qualité de vie de mes homologues était nettement supérieure à la mienne quand j’habitais Paris. Bordeaux doit construire son identité, sa singularité et exporter sa culture en France au même titre que les autres villes grandes villes comme Lille, Nantes, Lyon, Marseille. 

Votre niveau de vie s’est-il amélioré ? 

D’un point de vue professionnel, je dois admettre qu’il y a un effort à faire sur la rémunération et les opportunités sont moins nombreuses qu’à Paris.  

D’un point de vue personnel, oui.  

Votre qualité de vie s’estelle améliorée ? 

Oui et je suis très heureux de faire grandir ma famille à Bordeaux. 

La nouvelle vie adoptée à l’unanimité ? 

100% 

Ce que vous n’aviez pas avant et que vous avez depuis que vous êtes arrivée ? 

Une deuxième petite fille, Nina 🙂 

Ma to do list Sud-Ouest ? 

  • Trouver un nouveau challenge professionnel. 
  • Continuer à m’engager avec le réseau associatif via Smillis. 
  • Devenir un expert en vins. 
  • Approfondir ma connaissance de la gastronomie du Sud -Ouest. 
  • Faire du parapente sur la Dune du Pyla. 
  • Faire du kitesurf et du surf régulièrement. 

Le confinement a-t-il changé, conforté quelque chose dans votre vie, dans vos choix d’habiter notre région ? 

Oui, certains de nos amis à Paris confinés dans leur appartement avec les enfants en bas âge pendant que nous avions la chance d’avoir un jardin, les enfants ont pu se défouler, j’ai pu en profiter.  

Le lieu le plus fédérateur du département ? 

Les quais : promenade en famille et beau melting pot autour du miroir d’eau. 

L’esprit Sud-ouest en trois mots clefs ? 

Patrimoine, gastronomie, tournée vers l’avenir. 

Histoire Suivante

Ceci est l'histoire la plus récente