Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 11 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Tiphaine Bichot | Bordeaux … réseau

Mis à jour le 10 mars 2016

Tiphaine-Bichot-AtHome

Tiphaine a été chef de produit puis responsable Europe pour Alcatel Entreprises, elle a longtemps travaillé à l’international avant d’entreprendre.

Avant

J’étais basée à Paris. Ma première entreprise, « septième sens » développait des brevets et les « licenciait » auprès de partenaires industriels.
J’ai rencontré la société Athome sur le développement d’une application web pour un client et par la même occasion Alexis Gros, créateur de Athome qui allait devenir mon mari.
Alexis travaillait depuis Paris et avait un associé Lillois. Le besoin d’un lieu unique s’est fait sentir, nous avons réuni nos équipes et voté entre Paris, Lille et Bordeaux qui a obtenu la majorité.
Nous sommes venus nous implanter en amont, vivant entre Bordeaux et Paris pendant un an et demi. J’étais enceinte et j’ai choisi d’accoucher à Bordeaux. Les allers-retours ont continué entre 2013 et 2014 avec Calixte, notre petit garçon ; une drôle de vie où nous avions tout en double.
Quand sonna l’heure d’accueillir une partie de l’équipe, patatras… les situations familiales des uns et des autres ne leur permettaient plus de bouger.

Plan B

Nous avons opté pour un vrai arrangement à l’amiable, et trouvé un partenaire à Bordeaux, Dotsafe. En effet, nous avions besoin de travailler avec des personnes calées, réactives et de confiance avec qui effectuer un transfert de compétence, tout en tissant un réseau bordelais.

Le réseau donc…

Le Syrpin a été notre première prise de contact avec le monde professionnel du numérique en Aquitaine. Cela nous a permis par la suite d’identifier des opportunités telles que l’AMI Innovation Numérique, qui nous a amené vers la Région (Eric Culnaërt), puis le Labri (laboratoire bordelais de recherche en informatique) et enfin Invest in Bordeaux.
C’est Mohamed Mozbah du Labri qui nous a présenté Invest in Bordeaux.
Ils ont validé nos actions, nous ont donné des idées, des contacts et nous ont offert un soutien logistique. Ils continuent de nous tenir informés des dates de salons, des appels à projets, nous avons même fait passer nos entretiens d’embauches dans leurs locaux.

Où à Bordeaux?

Alexis avait investi (il y a 10 ans depuis Paris) dans un appartement quai de Bacalan, avant l’arrivée du tram.
Le quartier est extra, face aux hangars, nous avons une super copropriété, de bonnes relations avec les commerçants, principalement des restos même si cela manque de commerces de bouche. Notre vie sociale est liée au quartier, aux voisins.
D’autre part nous allons ouvrir un grand espace d’accueil pour les entreprises en création en plein cœur du quartier des Chartrons, 230 m² rue Minvielle; le chantier démarre.

Bordeaux par le menu… enfant

L’aire du Skatepark est le terrain de jeu de Calixte.
Cap sciences où nous avons un abonnement familial.
Nous n’avons pas eu de place en crèche avant les 2 ans de Calixte, mais nous avons trouvé une assistante maternelle extraordinaire.
Calixte adore les musées, celui des beaux-arts, et puis le jardin public, magique. Nous allons beaucoup à la cathédrale Saint André qui organise des visites très sympas avec des intermèdes musicaux sur un thème donné.
Le site web de l’office du tourisme est juste génial, les activités y sont référencées selon un classement in-génieux.

Nous aimons

  • Nous adorons les balades sur la Garonne, à proximité ou jusqu’à Blaye selon le temps dont nous dispo-sons. Nous les proposons souvent aux gens qui viennent nous voir, sous forme de balade d’une heure avec un guide truculent sur le bateau Burdigala.
  • La côte Basque.
  • Les visites de châteaux dans les Graves, le Médoc et à Saint-Emilion.
  • Le Makila café.
  • Le tram (les interactions ou jeux entre Calixte et les passagers, sources de rires et de partages).

Bordeaux est apaisante, la pression diminue quand on arrive ici.

Les gens qui marchent ont le sourire, font des remarques positives sur leur ville, on sent un engouement, (et parfois un certain raz-le-bol face au fait qu’elle grandisse trop vite).
Nous ne sommes pas « introduits » dans la société bordelaise au sens strict du terme mais je me sens bordelaise, avant je disais que j’étais bourguignonne, mais ça c’était avant…

Interview réalisé par Guillemette Bardinet

Share This