Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 11 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Frédéric Geoffroy | Bordeaux ... Vivre autrement

Mis à jour le 8 décembre 2015

FRED-GEOFFROY

Bordeaux symbolise pour Frédéric l’occasion d’un changement radical de mode de vie.

Avant

Je suis arrivé à Bordeaux en juin dernier avec ma femme et ma fille de 10 ans, sans mon fils qui a intégré Centrale Marseille.
Je suis un parisien de Paris depuis cinq générations. Ma femme est Nîmoise.
J’avais une agence de communication en relations médias et communication de crise et des parts dans deux autres entreprises.
Ma femme était consultante dans la comm spécialisée dans la gastronomie et les spiritueux.
Nous menions une vie de « tarés », ça marchait bien, on ne comptait pas sauf que… quelques soucis de santé qui heureusement se sont arrangés nous ont décidé à vivre ailleurs et autrement, à anticiper un projet lointain d’aller vers le Sud.

La Charente

Nous avons tout vendu. Notre fille avait alors 3 ans.
Nous sommes passionnés de gastronomie, je suis un homme d’affaires, nous avons réuni nos deux passions.
Ma femme s’est formée en cuisine, nous avons trouvé une grande demeure près de La Rochelle et monté un restaurant, lieu de séminaire avec salles de réunion etc…
Après un an de travaux « la table d’Edwige » et « le clos des sens » ont ouverts en 2010, nous vivions sur place.

Mais…

Nous avions mal cerné le potentiel local, cela a fonctionné correctement, les retours étaient bons mais nous n’en vivions pas assez bien. La magie des rencontres n’a pas eu lieu avec les locaux, nous avions sous-estimé la concurrence, nous avons arrêté au bout de deux ans.

Bordeaux en repérage

Après une incursion dans la distribution de cosmétiques éthiques et la création d’un jeu sur le coaching, j’ai décidé de venir en repérage à Bordeaux une journée par semaine pendant un an et demi. J’ai poussé la porte de la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) qui m’a donné quelques contacts et m’a conseillé de rentrer dans le Club des entrepreneurs où j’ai fait de belles rencontres, ce fût mon premier réseau, il a joué un rôle important.
J’ai peu à peu tissé des liens, rencontré d’anciens parisiens.
Je suis entré en contact avec BGI (Bordeaux Gironde Investissement) qui m’a invité à une soirée pétanque sur la Place des Quinconces, j’y ai fait plein de rencontres sympathiques.
Par ailleurs je visitais les quartiers, Nansouty me plaisait bien. Le désir de Bordeaux s’est confirmé.

Bordeaux pour de vrai

Nous avons vendu notre maison, et c’est finalement à Talence que nous avons trouvé notre bonheur.
Je suis auto-entrepreneur, positionné autour de deux activités. Ma société Overthewave propose des missions ponctuelles pour établir une stratégie de communication, mettre en place les outils adéquats et former les équipes à l’autonomie. Je propose également mes services en tant que consultant formateur en communication d’entreprise.
Ma femme ouvre une brocante dans le passage Saint Michel, son père était du métier.

Les lieux que j’aime

La place Gambetta, le restaurant Le petit commerce, le Café du parlement, le Thai paradise et la Place du marché des Chartrons avec le Carré en été.
Le quartier Nansouty, le marché des Capucins qui nous rappelle le marché d’Aligre.
Lacanau, et le Cap Ferret : objectif planche et surf le week-end.
Le camping « la Grigne » au Porge, la mer derrière les dunes… magique!
J’ai eu un gros coup de cœur pour la cabane d’Edouard sur le port de Claouey que j’ai découvert avec le club des entrepreneurs.

De la Charente je regrette les huitres et les crustacés.
L’association business friendly qui aide les conjoints à trouver du boulot.
J’envisage de me rapprocher du réseau « Bordeaux entreprendre » dont on m’a dit le plus grand bien.

Interview réalisé par Guillemette Bardinet pour Sud-Ouest (les néo-bordelais)

Share This