Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 6 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Emmanuelle Vautier | une bretonne de Paris à Bordeaux

Mis à jour le 13 janvier 2016

emmanuelle-vautier

Contrôleur aérien à l’aéroport de Mérignac, Emmanuelle est à Bordeaux depuis la fin de l’été 2014.

Cheminer vers l’Ouest

J’ai vécu 23 ans en île de France. Je suis Bretonne, provinciale dans l’âme.
L’Ouest me parle.
J’allais de temps en temps sur le site « vivre Bordeaux » et m’intéressais aux suppléments de magazines qui parlaient de la qualité de vie dans la région.
L’idée de quitter Paris s’affirmait peu à peu.
J’ai finalement demandé et obtenu ma mutation en 2013.
Je suis arrivée seule avec nos deux plus jeunes garçons.
Notre fille de 18 ans est restée à Paris pour ses études avec mon mari, informaticien dans la cyber sécurité qui n’a pas encore eu de proposition professionnelle qui l’intéresse. Il fait donc les allers-retours les week-ends, il nous fallait une ville bien desservie.

Ma cousine qui exerce le même métier que moi vit à Bordeaux depuis 2002.
Plusieurs couples de nos amis ont quitté la région parisienne pour vivre mieux et accéder à la propriété.
Bordeaux représentait le compromis alliant un climat clément, une situation dynamique et quelques amis déjà sur place.

S’orienter

Notre réseau nous a aidé à nous repérer dans la ville et la métropole.
Nous souhaitions vivre dans une maison, nous sentir en ville et devions être près de l’aéroport et de la gare.
Nous sommes venus en repérage deux fois et repartis bredouilles et inquiets, nous avons même élargi notre périmètre. Et puis en mai j’ai reçu une « alerte immobilière » et je suis descendue dare-dare pour visiter notre  « future » maison à Caudéran, un « coup de cœur » qui correspondait à nos attentes.

Nous nous sommes installés une semaine avant la rentrée.
L’inscription de l’aîné des garçons à Grand Lebrun a été possible et notre plus jeune fils est à Jules Ferry dans l’école du quartier.
Et le foot c’est en face ! Ils sont contents.
Pendant les mois qui ont suivi, la qualité de vie au quotidien nous a confortés dans notre choix.

Les amis des Arts

Nous étions amis du château de Vaux le Vicomte et du musée des arts décoratifs à Paris.
Nous avons à cœur de défendre le patrimoine artistique dans des lieux qui parlent à nos enfants de 18, 13 et 8 ans afin d’allier l’utile à l’agréable.
C’est une sorte de fil rouge depuis longtemps qui nous permet de rencontrer des gens de tous horizons que nous ne rencontrerions pas autrement.
Nous avons été interpellés par le site du CAPC et le dynamisme de l’association.

Nous avons adhéré et nous n’avons pas été déçus. Nous avons par leur biais participé à une visite guidée de la FIAC.
Les clubs et associations sportives, la bibliothèque de l’école et notre réseau d’anciens parisiens facilitent également notre intégration.

J’aime

  • Aller Chez pompon avec mes collègues, redécouvrir le plaisir du vélo.
  • La dune du Pyla, on y a regardé les dernières lumières de 2014, profiter d’un tour en pinasse avec l’UBA (union des bateliers d’Arcachon) autour de l’île aux oiseaux, l’accès facile à ces choses-là…
  • Andernos avec la fête des cabanes en décembre, passer un week-end hors saison à Arcachon.
  • Offrir la possibilité à mon fils de faire un stage de surf à Lacanau, l’eau est froide mais on est bretons !
  • La taille humaine et les choses simples que m’offre la province, comme de rester jusqu’à minuit sur ma terrasse aux beaux jours, de jouer au ballon sur la plage ou de me promener au parc bordelais avec ses animaux, son côté sauvage.

  • Le resto Grill au thym dans le vieux Bordeaux et tant d’autres restos à essayer.
  • Le cinéma Utopia
  • La maison Seguin, très bonne et accueillante pâtisserie qui vend les excellents « puits d’amour ».
  • Interview réalisé par Guillemette Bardinet pour Sud-Ouest (les néo-bordelais)

Share This