Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 11 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Caroline Guyot Coelho | Only Bordeaux !

Mis à jour le 21 novembre 2016

Caroline Guyot Coelho | Only Bordeaux !

Comment Bordeaux ?

Lyonnaise d’origine, j’étais conseil en organisation et management dans un cabinet parisien.
Mon mari a accepté un job à Bordeaux pour une société d’e commerce.
Il est arrivé en 2009, je ne l’ai rejoint que plus tard, le temps de prospecter depuis Paris tout en étant en poste.

J’ai trouvé du boulot en 9 mois dans un cabinet de conseil en organisation management dont j’ai été la première recrue, j’y ai passé trois ans.
Entre ces deux boulots, je suis passée par un bilan de compétence, me suis engagée dans l’association « les clowns stéthoscopes » en tant que bénévole en comm et recherche de fond.
J’y ai rencontré Marina Belloin-Volant, responsable du pôle comm et fondatrice du cabinet MBV.com (cabinet conseil en communication interne et managériale) avec qui je travaille depuis janvier 2015 et avec qui je vais m’associer.

L’intégration ?

Elle se met en place, par le travail, vecteur d’intégration fort qui m’a permis de découvrir le tissu économique; par le biais de l’association « les clowns stéthoscopes » également, j’aime le clown théâtre que je pratique à titre amateur, je souhaitais intervenir à l’hôpital mais j’ai compris que pour le milieu hospitalier il faut être pro, je chemine et me rends utile par un autre savoir faire.

Les débuts furent un peu rudes : nous ne connaissions personne d’un côté, et de l’autre la maison se transformait en chambre d’hôte les week-ends pour nos amis avides de découvrir Bordeaux, cela a probablement ralenti notre intégration.

Nous avons déménagé en décembre du quartier Fondaudège vers la barrière Saint-Genès où nous avons eu le coup de cœur pour une maison, l’école sera probablement un terreau d’amitiés futures.

Et puis il faut bien avouer que nous avions le nez dans le guidon, peu de temps pour sortir, il nous reste tant à découvrir : Saint Paul, la caserne Niel, les musées, le vin et avant tout l’histoire de la ville, j’ai à mon chevet l’abécédaire de la ville (ndlr : écrit par Pascal Jarty). J’ai envie de sortir de l’hypercentre.

J’aime

Pédaler, la taille de la ville s’y prête, plus qu’à Lyon par exemple, il y a une vraie culture du vélo.

Nous pédalons jusqu’à la fontaine des quinconces avec mon fils et prenons une barquette de frites (au camion sous les arbres) et les dégustons en courant après les pigeons ; jusqu’aux quais quand un bateau de croisière s’y arrête.

Arcachon et particulièrement la plage de Pereire : lecture du journal les pieds dans le sable au Bar du soleil pendant que Victor, 3 ans et demi, fait des pâtés.
Le marché des capucins, nous y allons presque toutes les semaines.

Bilan

Un écueil : la famille est loin.
Heureusement on a une nounou en or et je n’ai même pas eu trop de mal à trouver du boulot.
J’aurais du mal à repartir à Paris ou à Lyon.
Le bilan est plus que positif, Victor a plus vu la mer en 3 ans et demi que ses parents en 35 ans !

Au fait, les clowns se mobilisent, 8500 euros sont nécessaires au financement des visites de clowns aux enfants cet été !!!!

Interview réalisé par Guillemette Bardinet pour Sud-Ouest (les néo-bordelais)

Share This