Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 11 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Camille Beaumont, l’aventure à la bordelaise

Mis à jour le 20 mai 2014

Camille-Beaumont

A Bordeaux depuis le 1er mai 2012, point d’orgue d’un voyage autour du monde à vélo.

A l’origine

Mon conjoint Marc et moi-même habitions Paris et travaillions dans le marketing. En janvier 2011 nous sommes partis 14 mois effectuer un tour du monde, 20000 km à vélo. Nous savions qu’au retour nous ne réintègrerions pas Paris, pensions vaguement à Bordeaux ou La Rochelle.

Nous étions venus ici 2 jours et nous nous y étions immédiatement sentis bien. Je ne connaissais pas la ville, Marc y avait passé deux ans comme étudiant.

Pendant notre périple l’idée bordelaise a fait son chemin. Nous avons fini notre tour du monde par Bordeaux au mois de février, sous un grand soleil. Nous nous sommes dit : « c’est là ! ».

Notre voyage s’est prolongé à la découverte de la ville que nous avons abordée en touristes, ce fût un atterrissage en douceur, il nous fallait explorer les lieux, l’aventure continuait.

Où à Bordeaux ?

Nous nous sommes installés au hasard dans la ville et en colloc (trouvée par le site « à partager.com ») dans un premier temps avant de chercher sur place.

Nous habitons maintenant près du pont de Pierre côté Sait Michel.

La vie sociale

Nous ne connaissions personne. Nous avons sollicité notre réseau de famille et d’amis parisiens pour entrer en contact avec leurs copains bordelais, le voyage nous a décomplexé par rapport à cela.

J’ai également sympathisé avec mes collègues, ils m’ont fait rencontrer des bordelais de Bordeaux, car il est vrai que l’on connaît beaucoup d’ « expats ».

Le boulot

Nous avons envoyé des candidatures spontanées. Je connaissais la société « Bonjour Mon Coussin » (créateurs d’objets déco) que je savais installée à Bordeaux, je leur ai adressé un mail informel, quinze jours plus tard j’intégrais l’équipe. Nous sommes sept, je m’occupe de l’e-commerce , du marketing, de la comm.
Marc travaille chez Concoursmania (société florissante de marketing via des jeux vidéo..). Il a activé son réseau, intégré l’APACOM.

Peut mieux faire

  • Les poubelles, pleines et crades qui traînent dans la rue.
  • On est un peu frustrés de théâtre dont on est de grands consommateurs, toutes les grandes pièces ne passent pas par Bordeaux. Par contre on voit plus de concerts.

Nos balades à vélo

La promenade entre les deux ponts (pont de pierre-pont Chaban), la piste cyclables vers l’entre deux mers (piste Roger Lapébie). Le tour du bassin avec nos vélos embarqués dans le train jusqu’à Facture, hyper facile.

Le bilan

Nous sommes contents, avons trouvé ici ce que nous cherchions :
tout faire à pied, voir le ciel, ne plus passer 2H30 par jour dans les transports (je bosse à deux minutes et demi de marche), dans une ville à la densité de population moindre.

Bordeaux est également attractive pour nos familles et amis qui se bousculent dès avril pour nous rendre visite.
Nous profitons à fond des clichés : le bassin, le ski. Sans voiture, nous empruntons parfois celle de copains ou prenons le train.

Un bébé s’annonce du coup nous regardons vers l’autolib : étant donné les difficultés pour se garer en centre-ville, l’achat d’une voiture est inenvisageable.

Le voyage nous a permis d’acquérir une facilité de contact, une ouverture, nous savons que personne ne nous attend, nous allons vers les autres.

Les lieux qui comptent

  • Les capus, nous avons choisi notre appart en fonction de sa distance des capus
  • La place Fernand Laffargue : on s’y est retrouvé par hasard avant d’ habiter Bordeaux, c’est devenu une place du quotidien.
  • L’utopia
  • La boulangerie de Saint-Michel, on adore ce coin.
  • Papy fait de la résistance, le petit resto de quartier
  • La cabane de l’Aiguillon à Arcachon, un lieu de rêve pour dégoûter nos amis parisiens et ça marche.

Projets bordelais

  • S’acheter un logement, la question : appart ou maison ?
  • Se poser, s’ancrer, notre enfant va naître à Talence, si c’est pas un projet bordelais ça ?

Interview réalisé par Guillemette Bardinet pour Sud-Ouest (les néo-bordelais)

Share This