Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 6 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Bordeaux et la Gironde, aussi écolo !

Mis à jour le 13 janvier 2016

Bordeaux et la Gironde, aussi écolo !

A l’approche de l’ouverture de la COP21, voici un rapide petit coup d’œil sur le positionnement de Bordeaux et sa région en matière d’actions en faveur de la préservation de la planète et d’un mieux vivre ensemble.

En 2015, la Gironde a été classée département le plus écologique de France par l’hebdomadaire « La Vie ».
Pour établir ce palmarès, « La Vie » se base sur huit critères. La Gironde arrive première sur la consommation durable, deuxième sur la transition énergétique et quatrième sur la qualité de l’eau.
Selon le magazine, cette première place est due essentiellement à un environnement naturel de qualité, mais aussi à une implication environnementale de tous ses acteurs que cela soit le département, les intercommunalités, les communes, les associations ou les citoyens.

Dans le classement établi par l’Union nationale des entreprises du paysage (Unep), Bordeaux est sur la plus haute marche du podium dans la catégorie Biodiversité qui récompense les « démarches les plus innovantes à grande échelle en matière de protection et d’encouragement de la biodiversité (eco-pâturage, ruches urbaines, pigeonniers…) ».
Néanmoins, Bordeaux n’est pas pour l’instant une ville jugée très « verte », le nombre de m² par habitant d’espaces verts augmentent régulièrement grâce à une politique volontariste en ce sens mais par encore suffisamment par rapport à des villes comme Nantes ou Angers.
D’ici à 2020, l’objectif de la ville est qu’ « il n’y ait plus un Bordelais à plus de 500 m d’un parc ou jardin ».
Bordeaux a été aussi labellisée « refuge LPO » grâce à la présence de 217 refuges pour oiseaux.

En matière d’énergie renouvelable, deux sources d’énergie sont davantage présentes : la géothermie et le solaire.
Le bassin Aquitain est le deuxième bassin après la région parisienne pour son potentiel d’énergie géothermique, et notamment le territoire de la métropole bordelaise. Une grande partie des immeubles du quartier de Mériadeck à Bordeaux, la cité de Saige à Pessac, la Base Aérienne 106 à Mérignac sont chauffés grâce à des forages géothermiques.
Côté rive droite de la métropole, le choix a été également porté sur la création d’un réseau de géothermie pour couvrir les besoins en chaleur des nouveaux projets urbains de la rive : Bastide-Niel, Brazza et Benauge, avec une possible extension vers le secteur Garonne Eiffel.

Mais c’est le solaire, et plus particulièrement l’énergie photovoltaïque, qui concentre la plus grande partie de la production d’énergie renouvelable en Gironde :

  • l’Aquitaine, déjà en 2014, est la première région photovoltaïque de France en puissance installée ; en octobre 2015, la plus grande centrale photovoltaïque de France a été raccordée à Cestas entre métropole et bassin d’Arcachon : 250 hectares couverts et 1 million de panneaux installés ;
  • le parking du parc des expositions de Bordeaux est aussi un des plus vastes parkings français couverts d’ombrières.

Comme le souligne l’étude du magazine « La vie », la mobilisation des acteurs est forte en Gironde, notamment de la part des collectivités locales.
Les exemples d’initiatives en faveur de l’environnent sont multiples, initiatives souvent orientées pour sensibiliser la vie quotidienne des habitants.
Une petite sélection :

  • « Familles à énergie positive« , c’est un challenge qui se déroule de décembre à avril ouvert à tous les habitants de la métropole.
    Des équipes de 5 à 10 foyers doivent relever le défi d’économiser un maximum d’énergie sur les consommations de la maison, a minima 8% : chauffage, eau chaude et équipement domestiques sont concernés.
  • « 0 déchet 0 gaspillage« , pour la semaine du développement durable, Bordeaux Métropole a proposé à 10 foyers par commune d’adopter deux poules pondeuses chargées de manger les déchets alimentaires du foyer.
  • Opération « subvention vélo« , pour encourager les transports alternatifs à la voiture, Bordeaux Métropole subventionne l’achat de vélos spécifiques adaptés aux besoins de chacun : vélo à assistance électrique pour de longues distances à parcourir, vélo pliant pour moduler plusieurs types de transports, vélo-cargo pour le transport de passagers notamment des enfants, tricycle pour adulte pour les personnes aux capacités physiques et d’équilibre limitées.

Les initiatives peuvent être également menées par des associations et entreprises comme l’opération « #SansMaVoiture » :
Koolicar, start-up bordelaise spécialisée dans l’autopartge et la mutuelle MAIF ont sélectionné 50 volontaires qui ont accepté de déposer les clés de leur voiture pendant 2 mois et d’utiliser les transports alternatifs.
Seulement deux semaines leur ont été nécessaires pour trouver la bonne alternative et les participants reconnaissent une qualité de vie accrue grâce notamment à une diminution du stress. Plus d’un participant sur 3 a décidé à ne pas reprendre sa voiture.

Sources : Bordeaux Métropole, 20 minutes, Aquitaine on line, Sud-ouest, Le Moniteur

Share This