Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

| Vivre à Bordeaux et en Gironde | 11 décembre 2016

Haut de Page

Haut

Albert Proust | De la suite dans les idées…

Mis à jour le 8 août 2014

proust

Albert Proust a dans un premier temps créé les conditions de son intégration professionnelle avant de « débarquer » en famille… d’ici deux ans.

Bordeaux acte I

Il y a de cela vingt ans, j’ai passé des vacances dans les Landes avec celle qui allait devenir ma femme, nous avions alors exploré la côte Sud Ouest, étions passés par Bordeaux que nous avions trouvé très sympa: la ville était noire certes mais nous l’avions adorée, la place des Quinconces nous avait tapé dans l’œil, nous appréciions également la dune du Pyla, le bassin.

J’espérais une opportunité professionnelle bordelaise: l’APEC, pour laquelle je travaillais à l’époque (en 1996), m’a permis d’avoir une vision du marché de l’emploi local.

Le verdict fût peu réjouissant : j ’ai remballé mes projets bordelais.

Nous n’en venions pas moins chaque année en vacances à Arcachon et passions rituellement à Bordeaux.

Mon job

Je sors d’une école d’ingénieur informatique orientée recherche et développement, j’étudie les technologies de demain.
Je dirige une société de conseil et de développement d’applications internet, Netwyse. C’est une petite agence parisienne qui emploie 10 personnes, plutôt orientée grands comptes. Je l’ai créée en 2002, profitant de la bulle internet.

Bordeaux acte II

Ayant beaucoup travaillé dans la technologie de l’embarqué (portables, GPS…) j’ai mis au point un projet orienté sur les objets connectés à internet que je vais développer à Bordeaux.

Oubliant régulièrement mon téléphone portable, j’ai crée un produit, GABLYS dont je suis le premier client et qui sortira en septembre : accroché à mes clefs, il sonne en cas d’oubli de mon mobile.

Ce pseudo « GPS », post it électronique, retrouvera également les clefs égarées à l’aide du téléphone portable. Je vais continuer à développer des objets connectés et faire de notre entreprise un leader dans ce domaine. Des objets qui vont transformer notre quotidien vont suivre. Nous participerons du même coup au développement numérique de Bordeaux.

Le recrutement bordelais

A Paris lorsque je cherchais des développeurs, designers, électroniciens, je ne trouvais pas . Lorsque j’ai décidé d’installer ma société à Bordeaux, je n’ai eu aucun problème, la réactivité a été très bonne, les postulants se sont manifestés toutes régions confondues. Mon équipe compte quatre personnes dont un seul bordelais, nous allons maintenant recruter à l’échelle de l’Europe.

L’installation professionnelle

La société Netwyse a participé à la mise en place de Netwyse Labs (mon entreprise bordelaise de demain) également baptisée l’Atelier des Objets Connectés (AOC).
Nous allons nous implanter rue Sainte Colombe en plein quartier Saint Paul. Ce secteur qui bouge, éclectique et jeune est à l’image de notre entreprise.
Nous y aurons une vitrine, mais aussi un Fab Lab (laboratoire de fabrication) à partir de septembre prochain, nous aiderons également au développement de produits.

Bordeaux mode d’emploi

En arrivant, j’ai cherché un centre d’aide à l’implantation, j’ai rencontré BGI , la CCI et William Ballue, facilitateur de contacts qui m’a permis de rencontrer le conseil régional, la CUB, la mairie.
BGI nous a aidé dans notre recherche de locaux, nous a mis en relation avec des propriétaires, avec l’association Incité par le biais de laquelle nous avons trouvé notre lieu.
L’enthousiasme et la réactivité des institutions locales ont achevé de me conforter dans mon choix.

La vie sociale

Je me suis lié avec des gens croisés dans la région, non bordelais pour la plupart d’entre eux, je suis curieux, liant.
Je passe ici 6 jours par mois répartis en 3 fois.
Je descends à l’hôtel Mama Shelter.

Ma vie personnelle est encore à Paris. Nous envisageons de déménager d’ici deux ans quand notre fille de 16 ans aura passé son bac. Nous nous projetons en plein centre dans un premier temps, pour profiter des avantages de Paris sans en subir les écueils.
Je commence tout de même à explorer la périphérie, les quartiers comme les Chartrons et le jardin public, Gambetta, Caudéran avant de continuer….

Je vais construire ma vie sociale en amont afin d’être prêt quand nous débarquerons en famille. Le projet à long terme serait de s’installer près de l’océan.
A suivre donc…

Guillemette Bardinet 

Share This